Champvent, l’histoire de ses 1000 ans. De 1011 à 2011
Champvent, l'histoire de ses 1000 ans. De 1011 à 2011.
Cet ouvrage est une commande de la commune de Champvent qui a fêté ses 1000 ans en 2011. Tout a débuté grâce à la découverte par l’archiviste d’un parchemin signé de la main de Rodolphe III datant de 1011 où figure pour la première fois le nom du village alors nommé « Canvent ».
La première partie du livre comprend un historique de la seigneurie de Champvent, des recherches effectuées aux archives du village illustrées par une série de cartes postales anciennes et des photos des bâtiments actuels.
La deuxième partie concerne le Château de St Christophe et les recherches effectuées par l’archéologue/dendrochronologue Patrick Gassmann avec les commentaires de l’archiviste Philippe Bardel (voir vidéos en bas de la page ).

29.7 x 21 cm, 150 pages, relié, CHF 55.-

Pour obtenir ce livre, merci d’utiliser le formulaire de contact en bas de la page d’accueil.

table des matières
Le château de Champvent

Les comtes de Neuchâtel
Pourquoi Champvent et Vufflens ont des armoiries presque identiques
Une famille importante dans l’histoire du château : les Doxat
Impôts sur le mobilier du château en 1771
Marguerite de Vufflens
Invasion par les Bourla Papey

Le village de Champvent

Champvent à travers des documents de 1011 à 1453
Champvent : quelques unes de ses familles
Ses monuments
Les anciens du village
Le gibet
La voie romaine et les fouilles archéologiques
La villa romaine d’Essert-sous–Champvent
Ancien chemin menant au château
Evolution des villages de Champvent et de St-Christophe à partir des cartes de 1892 et 1926
Fêtes et Sociétés locales
Un aperçu de la vie du village à travers les textes et procès-verbaux municipaux, 1764 à 1970
Mobilisaton de 14-18
Le château de St-Christophe

Les documents historiques
Visite du château
Les peintures de la bibliothèque
Comparaisons avec les décors peints du château d’Yverdon, d’Autigny et de la villa Maillardoz
La tour d’observation
Dates et signatures mystérieuses
Analyse dendrochronologique du grenier à blé et du château

 

galerie
Champvent
St-Christophe
Le Château de St Christophe à Mathod existait, au XIIIe siècle, un village du nom de St Christophe, dont l’église était le centre d’une paroisse. Vers le milieu du 16e siècle, Jost de Diesbach racheta aux Bernois l’église, la cure et tous les biens qui en dépendaient ; il est à supposer que le village n’existait déjà plus, ou était réduit aux proportions d’un hameau. Diesbach construisit la demeure actuelle sur l’emplacement de la cure, et un four à la place où se trouvait l’église; Il agrandit le domaine et St Christophe devint alors un fief rural d’une certaine importance. En 1689, St Christophe échut par héritage à la famille Steiger. Jean Charles Thormann en devint propriétaire, vers 1720, par suite de son mariage avec Marianne Steiger. Son petit-fils, Georges Thormann, vendit, en 1744, domaine et maison à Jean Lambert, bourgeois d’Yverdon. La propriété passa ensuite à la famille Matthey, puis en 1841 L. A. Guye l’acheta. Aujourd’hui c’est un hameau composé de la maison de maître, d’un ancien grenier à blé, de deux vastes fermes et de dépendances.

Cette magnifique maison de maître est restée fermée et inhabitée depuis les années 1920. De plan presque carré, ses proportions sont admirables; elle est couverte d’une imposante toiture. La façade principale comporte un avant-toit supporté par 12 consoles en bois sculpté ; elle est agrémentée d’un clocheton carré abritant une cloche datée de 1703. Quelques ouvertures (porte cintrée, petites fenêtres à accolades) remontent à la première moitié du XVIe siècle.

A l’intérieur, une imposante rampe d’escalier en pierre ajourée porte la date de 1686; deux grandes cheminées remontent au XVIe siècle ; on y trouve d’anciens plafonds à poutres saillantes, de remarquables boiseries ainsi que de nombreux poêles en faïence. Quelques transformations ont eu lieu lors des siècles suivants, sans toutefois altérer les éléments d’origine. La maison, privée d’occupants pendant de longues années est restée intacte.

presse

PC37_Web version_PC2011

Vidéo